Skip to content

About

This is an example of a page. Unlike posts, which are displayed on your blog’s front page in the order they’re published, pages are better suited for more timeless content that you want to be easily accessible, like your About or Contact information. Click the Edit link to make changes to this page or add another page.

17 commentaires
  1. Petitpois permalink

    Bonjour,

    Votre blog est intéressant, mais malheureusement la partie droite du texte n’est pas visible…

    • comment ça? non, vrai qu à mon age je maitrise mal l’informatique et ce blog dont l interface est en anglais mais vous etes le 1er à me dire ça, revérifiez! merci de votre visite!

  2. Petitpois permalink

    Merci de votre réponse. J’ai essayé avec un autre ordinateur et ça marche. Le problème vient donc de chez moi. C’est la première fois que je le rencontre malgré des heures et des heures sur le net chaque jour. Mais je ne suis pas un pro de l’informatique non plus…

  3. Benjamin permalink

    Bonjour Monsieur,
    Tout d’abord, je voudrais rendre hommage à ce que vous êtes et ce que vous représentez : une France traditionnelle, un Français patriote et encore imprégné de certaines valeurs. Enfin, une armée qui a une longue et glorieuse histoire. On ne cesse de décrire l’armée française comme n’ayant connu récemment qu’une succession de défaites. Ceci étant le fait de béotiens qui n’y connaissent rien, de perroquets récitant gentiment leur catéchisme défaitiste, selon lequel la France ne vaut rien. Ceci étant malheureusement le fait d’une grande partie de la jeunesse dont je fais partie.
    Je suis en effet étudiant à Paris, quoique n’étant pas parisien, j’ai 23 ans, je suis passionné par les choses militaires depuis que j’ai 6 ans. J’ai voulu faire Saint-Cyr, mais n’a pas pu concrétiser cette volonté en raison de problèmes de cœur et du fait que la formation qu’on y reçoit est surtout technique et mathématique, matières pour lesquelles je ne me sentais aucune prédisposition, ni aucune facilité. J’ai donc renoncé. Cependant, aujourd’hui, à la réflexion, je compte, une fois mes études finies, entrer dans la réserve opérationnelle. Militairement parlant, si je réalise cette volonté, je serai plus ou moins retombé sur mes pattes, pourrait-on dire.
    Je viens à l’instant de découvrir votre blog, et me suis inscrit à sa newsletter. Je n’ai même pas fini de lire votre présentation du site que je souhaite vous envoyer ce message de soutien et de reconnaissance. Il y a donc de plus en plus de gens qui en ont marre de la féminisation de la société, du discrédit jeté sur l’armée et sur les valeurs qui ont fait ce peuple et ce pays, et de la pensée unique crypto-stalinienne qui règne sur la France. De plus, vous parlez en tant qu’engagé, qu’homme du concret, du réel, qui sait de quoi il parle. Je lis beaucoup d’ouvrages de tactique et de stratégie, suit régulièrement les blogs spécialisés, mais pour autant, la vie du soldat, je la connais moins. C’est l’occasion de rattraper mon retard !
    Vous dites qu’on juge un homme, non à ses opinions mais à ce qu’il a entre les jambes. Je souscris, bien que je ne sois pas sûr qu’à ce niveau là on me jugerait forcément favorablement ! Je ne suis pas en effet très musclé, n’ai pas eu l’occasion de prouver ma valeur au niveau de la bravoure et du courage, bien qu’il me soit déjà arrivé de me battre, et à ce niveau là, je crois que le mieux est de rester humble. Qui peut, à 23 ans, prétendre être un homme dans notre société dévirilisée ? LE bodybuilding ne fait pas tout…
    Cela n’empêche pas que je regrette profondément la fin du service militaire, que j’aurai beaucoup aimé faire. Outre sa nécessité militaire, et celle d’une réserve forte, enfin d’un peuple qui sache se battre et se défendre, il y a la fusion de gens de tous horizons, le caractère formateur du service, la notion d’un service public, et la diffusion d’un certain respect pour le pays. Sans parler de la camaraderie, de l’esprit d’équipe, notions qui se perdent…
    Voilà , je souhaitais vous rendre hommage, vous dire mon respect, car vous pouvez être fier de vous et de vous origines. Enfin, je voulais vous encourager à continuer à produire sur ce blog que je compte suivre.
    Enfin, je voulais vous demander si vous saviez quels dérivatifs ou palliatifs on pouvait trouver à la suppression du service. Je veux dire, quel moyen, quels programmes existent pour avoir une expérience militaire, même courte ?
    En vous remerciant, et vous saluant chaleureusement,

    Benjamin

    • Merci bcp,votre témoignage de jeune fr me touche énormément et me rend espoir car bcp de jeunes sont comme vous contrairement à ce que l’on voudrait nous laisser penser…rem: je n’étais pas engagé, je raconte tout dans mon récit, jeune con conditionné par le climat post 68tard, j’ai effectué mon service militaire au début en trainant des pieds,j’ai m refusé l’école d’officier…..ayant obtenu 1 bonne planque au début , je me suis retrouvé tres mal en compagnie d intendance (ambiance de merde dans 1 cie où on regroupait tous les peureux délateurs qui se dénonçaient entre eux pour conserver leur planque) si bien qu apres 6 mois je me suis engueulé avec le capitaine qui m’a muté en cie de combat où je me suis retrouvé dans mon élément si bien que j’ai prolongé de 6 mois et suis parti volontaire au Liban..je n ai pas rempilé car au liban j ai été déçu du fait qu on aidait les muzzs et pas les chrétiens nos freres de civilisation ,donc je suis reparti au liban civil pour aider les phalanges chrétiennes en juin 85 ….bien à vous
      ps: couillu n a rien à voir avec la masse musculaire, à l’armée il faut de tout et ce sont les plus endurants et les+courageux ,pas les+gros gabarits qui s en sortent le mieux!

  4. Bonjour j’ai parcouru ton blog avec le plus vif intérêt, je suis moi aussi nostalgique de cette époque ou tout jeune français avait pendant un an l’occasion d’aller apprendre certaines valeurs ainsi que la vie en communauté, le respect, la camaraderie, la discipline etc… en fait tout ce qui manque aux jeunes d’aujourd’hui. bravo belle initiative!

    cordialement A.RAVEAUX
    82/06 12° regiment de chasseurs sedan 08

  5. Daniel06 permalink

    Bonjour,
    Je viens de parcourir le blog et je me suis retrouvé bien des années en arrière, en regardant vos photos et les miennes il n’y a aucune différence a part les personnes, nostalgie quand tu nous tiens ! Classe 78/06 au 99 RI de Sathonay camps (Lyon), Caporal au sein du PEG où j’ai formé pendant 1 an les futurs militaires. Longtemps cette période est venu me hantée dans mes rêves. Période bénite qui m’a permis de m’ouvrir au monde extérieur. Je termine en citant le slogan de notre peg, PEG AU PAQUET !!!
    Cdt.

    • voilà le genre de coms d anciens du contingent que j aime, lorsque ils me disent se retrouver à la caserne en lisant mon modeste blog car je n ai pas d autres ambitions que celle là;merci frère d infanterie, de plus caporal comme moi..le peg mouarf super ambiance et l instruction des bleubites que du bonheur!

  6. Louve Normande permalink

    Bonjour,
    Cela fait plaisir de lire vos textes. Je suis une ancienne militaire de l’Armée de l’Air. Plus de 20 ans après, j’ai encore certains automatismes (commencer à marcher du pied gauche, une démarche toujours militaire(on s’en moque encore)). Je me suis même rendue compte que je sais toujours faire le demi-tour. Cela a été ma meilleure partie de ma vie.
    J’aime Mon Pays et je regrette ce que ces gouvernements successifs lui ont fait ainsi qu’à notre Armée.
    Il la désarme en ce moment, comme ils l’ont fait à chaque moment précédent les 3 grands conflits qui ont ravagés notre Pays : 1870, 14-18 et 39-45.
    Vous savez, devinez, comme beaucoup d’anciens militaires et/ou passionnés d’Histoire de France, qu’un nouveau conflit se « prépare ». Nous en sentons les prémices, nous en sentons les relents.
    Merci
    Louve Normande

  7. merci mme veuillez m excusez si mes propos sont parfois empreints de misogynie car j ai rien contre la présence de femme à l armée,mais vous en conviendrez comme vous étiez dans l aviation, qd je dis ça c est car étant ancien biffin en cie de combat, c est simplement établir un constat, il y a des places que des femmes peuvent tenir mais d autres qui ne peuvent qu être réservée aux hommes.salutations!

  8. Thémis permalink

    Bonjour,
    J’étais en train de chercher le livre « La France orange mécanique » lorsque je suis tombée sur votre PDF. Merci pour sa diffusion ! Par contre, ce livre n’est-il pas soumis au droits d’auteur ?

  9. Thémis permalink

    En tout cas merci encore ! Vous l’avez scanné ? (« chut » : il est quand même assez facilement accessible sur le net, pas besoin d’en parler pour ça ! ;))

  10. Ancien Marsouin permalink

    Cher Caporal Berthou,

    Je viens d’achever la lecture de « Soldat du Contingent » publié sur ton blog.

    Merci pour ces merveilleux moments de nostalgie et ce partage d’émotions distillées avec un très grand talent.

    Ton histoire m’a replongé dans les souvenirs de mes vingt ans-treillis-rangeots…

    Appelé du contingent moi aussi (79/06), je me suis immédiatement reconnu dans ton récit, même si j’ai vécu un service militaire avec quelques « variantes » (sauts en parachutes notamment, puisque j’ai servi dans un RPIMa) mais l’essentiel y est : deux mois de classe, un mois de peloton, et les mêmes crapahuts dans les Landes et les Pyrénées (avec Nana 52 en bandoulière : 9 kilos 750…).

    Le décor de fond reste identique : ce brassage de jeunes venus de toutes les régions, d’origines et de conditions sociales très diverses, le regard porté par un jeune de 20 ans sur la France au tournant des années 70/80, ainsi que le regard curieux (et un peu craintif) de la population civile, les rares fois où je suis rentré en perm, avec ma boule à zéro, mes yeux de fou et ma tronche de tueur… L’ambiance et la solidarité qui régnait entre nous et cette camaraderie, devenue Amitié ensuite, qui perdure même plus de trente ans après.

    J’ai connu les premiers départs des compagnies tournantes en Afrique (Gabon notamment), puis en 79 le départ des premiers PDL (parachutistes) au Sud-Liban (Naqura), puis ensuite à Beyrouth (FMSB, Diodon IV et le Drakkar).

    Nous sommes un certain nombre de soldats du contingent à avoir vécu une expérience identique à celle que tu décris, avec ses hauts et ses bas, ses servitudes et ses grandeurs, ses angoisses et ses espoirs.

    Nous avions vingt ans et le Monde nous appartenait !…

    Douze ans passés dans la Réserve m’ont permis de connaître ensuite pas mal de camps et de casernes. Des séjours de plusieurs semaines, aussi bien dans des régiments d’Appelés que dans des unités professionnelles, m’ont fait mesurer au fil des années l’évolution des mentalités (l’apparition du shit dans les chambrées et sous la tente, au terrain de manœuvre), comparer le fossé qui se creusait dans l’état d’esprit de l’encadrement et dans la valeur de l’instruction dispensée dans certaines unités (par pudeur, je n’en citerai aucune), la nonchalance, le laisser-aller et les libertés prises avec la discipline, etc.

    Douze années dans la Réserve de l’Armée Française, entre les regards condescendants ou dédaigneux des Engagés qui te considéraient comme un type dont on n’a pas voulu dans l’Active et celui sournois des Appelés qui te traitaient (dans ton dos…) de lèche-cul ou bien de nostalgique…
    Il fallait être irréprochable, le meilleur et le premier partout : en sport, en combat, en marche, en topo, au tir et dans la vie militaire de tous les jours.

    As-tu lu le Désert des Tartares de Dino Buzzati ?…

    Nous avons été un certain nombre à continuer de nous entrainer, à nous maintenir en conditions ops, juste au cas où… malgré nos boulots dans le civil et nos vies de famille…

    Un jour, j’ai entendu notre Colonel (un ancien TAP qui avait fait l’Algérie) s’étonner que son régiment n’ait pas été « activé » lors des attentats de 1985/1986 (22 morts et plus de 500 blessés en quelques mois à Paris). Le plan Vigipirate n’existait pas encore.

    Lors de la première guerre du Golfe, j’ai reçu un ordre de convocation. Pendant quatre semaines, j’ai aidé les gars d’un régiment mécanisé à repeindre VAB, TRM et P4 en camouflage désert…

    A la suite de ça, certains copains sont partis à titre perso en Croatie… D’autres en Afrique, où ils grenouillent toujours.

    Quant à moi, j’ai préféré rendre définitivement mon paquot…

    En 98, j’ai assisté d’un œil distrait à l’arrêt de l’Armée de Conscription, à la dissolution des régiments, à la fermeture des casernes, à leur destruction et à la transformation des terrains de manœuvre en bases de loisirs…

    J’ai écouté le buveur de Corona qui nous servait alors de Président (Chichi Abracadabrantesque 1er…), nous déclarer qu’il ne s’agissait là que d’une « suspension » de la Conscription, que le volume de nos troupes était devenu surdimensionné par rapport aux besoins de notre Défense Nationale et que de toutes les façons, notre Service Militaire était devenu trop « inégalitaire »…

    J’ai souri en me disant : quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage…

    Voila les commentaires que m’inspire ton récit.

    Quoiqu’il en soit, Caporal Berthou, merci encore pour ce partage d’expérience.

    Bien à toi.

  11. Nora permalink

    Bonjour
    J’aimerais savoir QUI a écrit le dossier sur la 3e guerre mondiale qui va venir??
    Qui est cet homme?
    C’est un dossier complet et pertinent et surtout avec beaucoup de discernement
    Je n’ai pas l’habitude des blogs, je découvre, mais je suis tombée sur ce dossier par hasard
    en tapant 3TGM ou guerre civile en france

  12. nolo permalink

    Bonjour,
    Je ne connais pas l’armée mais je partage entièrement vos points de vue concernant le déclin de notre civilisation..
    Je suis tombée sur votre blog en recherchant des informations sur les bataillons d’Afrique.
    D’après le livret militaire de mon grand-père, celui-ci a été condamné pendant son service militaire
    puis a été dirigé sur un bataillon d’infanterie légère d’Afrique en 1880.
    Il a fait 2 campagnes en Afrique entrecoupées par la campagne du Tonkin. Je ne possède aucun renseignement à part les dates de campagne.
    Savez-vous où je pourrais trouver des précisions le concernant, auriez-vous des pistes de recherches à me soumettre ?
    Merci d’avance
    Marie

  13. Mark von Wild permalink

    Bonjour Monsieur,

    Je sui né en 1961 à Wamba et mon père était planteur à Mungbere. Vous l’avez sans doute rencontré pendant ces terribles évènements. Bob Noddyn, Hans K., Helmut G., Mike Hoare, Bob V. et bien d’autres sont passés par la maison. Papa a aussi été otage des Simbas avec de nombreux missionnaires – il a pu survivre mais beaucoup d’amis sont morts. Votre témoignage recoupe totalement ce que nous avons vécu. Paulis, Wamba, Gao, Buta, Bafwasende, Nia Nia: tous ces noms ont bercé mon enfance dans un monde qui a définitivement disparu. Merci de votre témoignage.

commentaires totalement libres , défoulez vous!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :