Skip to content

Un trop beau texte : Mon héros de la semaine / Les p’tits gars de Dien Bien Phu

27 juin 2014

Par Alain Sanders

Dien Bien Phu, c’est d’abord des hommes. Dans tous les sens du mot. Et disant cela, je pense particulièrement à ceux qui, alors que tout était manifestement perdu, se portèrent volontaires pour sauter dans l’enfer effectuant, du même coup et pour nombre d’entre eux, leur premier saut…Comment oublier le sacrifice des paras d’Eliane II, ce méplat surnommé par les bérets verts de la Légion « Les Champs-Elysées » en raison de la « bousculade » dans cette zone ? C’est là que, le 4 avril 1954, les Viets seront balayés, laissant 1 200 morts sur le terrain.

Comment ne pas penser aux légionnaires du 2e BEP qui montaient au combat en chantant sous la mitraille : « Nous sommes les hommes des troupes d’assaut, soldats de la vieille Légion » ? Comment ne pas penser aux paras sud-vietnamiens du 5e Bawouan qui chantaient, eux, La Marseillaise ( pas encore ravalée, par un ministre ex-indépendantiste guyanais, au rang de chansonnette de karaoké…).

Il faut relire Erwan Bergot qui fut de ces p’tits gars de Dien Bien Phu : « Dans les boyaux de l’antenne chirurgicale, les blessés s’entassent, supportent les pires conditions matérielles et morales, parmi la boue, les rats, les mouches, les asticots et cette odeur de mort qui leur colle à la peau. Alors, à peine guéris, parfois à peine pansés, les paras s’enfuient, ils retournent au combat : Crever pour crever, autant crever avec les copains. Les borgnes, les manchots, les unijambistes, repassent la rivière, ils se réinstallent dans les trous, ils approvisionnent les armes, garnissent les chargeurs, servent les mortiers. »

Ils sont là : 3 600, fantassins, paras, légionnaires, de toutes origines. Face à 36 000 Viets. Sur Eliane I, 80 bérets rouges aux ordres du lieutenant Pétion. Sur Eliane II, deux compagnies du 1er Bataillon de paras coloniaux. Parachutés la nuit précédente. A Eliane I, il n’y aura pas un seul survivant. Pas un seul.

Comment ne pas penser aux aumôniers ; le père Trinquaud (13e DBLE), le père Guidon (présent au PC Isabelle), le pasteur Tissot, les pères Heinrich et Chevalier (1er BEP), le père Sthilé, le père Jeandel (16e BPC), le père Jego (1) ?

A Dien Bien Phu, les soldats du monde libre étaient français, vietnamiens, laotiens, nord-africains, africains. Les derniers ont sauté dans la nuit du 5 au 6 mai. La veille de l’assaut final.

Dans la nuit du 6 au 7 mai, Eliane II tombe. On entend encore : « Adieu, adieu, adieu ! » C’est Bréchignac et les survivants du 2/1 RCP, Botella et les survivants du 5e BPVN, Guiraud et les survivants des BEP.

Adieu ? Ce n’est qu’un au revoir, mes frères…

(1) Rapatrié à Marseille, il célébrera une messe à Notre-Dame de la Garde en terminant ainsi son sermon : « Et au nom de Dieu, vive la Coloniale ! »

Publicités

From → Uncategorized

4 commentaires
  1. général motors permalink

    une pensée pour les gars de l infanterie qui étaient à l arriere et qui ont effectué leur 1er et dernier saut pour aller rejoindre leurs camarades ……il n y a que dans ces situations , il n y a que dans la guerre que se révelent les héros….pas dans la vie civile qui est un monde merdique!

  2. Anonyme permalink

    Quelqu’un peut-il m’expliquer pourquoi on envoyait des renforts alors que l’on savait que c’était sans espoir ?

    Tous ces héros morts pour rien alors qu’ils auraient du être les pères de nos concitoyens qui ne sont jamais nés, mais ce sont les planqués et les déficients en tous genres qui ont enfantés à leur place. Quel gâchis ! Et ça fait 2000 ans que ça dure ! Ne vous étonnez pas si l’on ne s’en sortira pas !

  3. capitaine caverne permalink

    à mon avis l état major , le gvt fr de l époque en avaient rien à foutre de ces troupes composées de volontaires forcés comme les prisonniers de guerre allemands , le cynisme de nos élites envers le peuple fr n a jamais eu de limite, en 14/18 ces enculés de bouchers de généraux envoyaient à l abattoir sans remords le peuple des paysans et a ainsi conséquemment détruit la fleur de notre jeunesse,les meilleurs d entre nous! voilà pourquoi nous disparaissons au 21e siecle au profit de sous civilisations faméliques et dégénérées!

  4. maya permalink

    la bonne raclée des vietnamiens à l’armée française. après l’indépendance de l’Algérie, un notable vietnamien a dit (la France est un élève imbécile qui ne comprend jamais ses cours)

commentaires totalement libres , défoulez vous!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :