Skip to content

Le Liban: notre guerre à nous contingent des années 80 !

11 août 2012

:

Les volontaires service long partent en OPEX au Liban en 1984 , après que les militaires français du 2e REP et des RPIMA (sous uniforme français) aient fait le plus dur du boulot et y ont laissé des dizaines  d’hommes (attentat de l’hôtel du Drakkar) , en tant que casques bleus, nous arrivons en terrain « relativement » pacifié pour effectuer des opérations de polices, des patrouilles dans Beyrouth et à la frontière Liban /Israël, cette mission a été confiée en priorité à des militaires engagés et à des volontaires d’au moins 18 mois de service à l’époque!

47

Jeep munie d’un coupe câble pour nous préserver des nombreux pièges à cons tendus sur nos routes à défaut d’embuscades

Nous coiffons bérets et casques bleus  et devons abandonner nos insignes régimentaires pour nous placer sous mandat onusien avec à sa tête un commandement international à visée essentiellement « humanitaire » ,  soldats de la paix, c’est comme ça qu’on nous appelle  et il est vrai que la population  nous reçoit à bras ouvert car il faut dire qu’ils vivent depuis presque 10 ans un enfer entre les diverses factions, milices et armées qui passent leur temps à les rançonner, violer et  voire trucider pour un oui ou pour un non!

28.2

Ayant fait connaissance avec de nombreux libanais (car après mon service je suis souvent revenu voyager au proche orient car je voulais en savoir plus: Turquie, Syrie,Irak,Iran et surtout  Liban où j’ai vécu plusieurs semaines auprès et avec des phalangistes chrétiens……. ),  je vous livre ici le témoignage d’un autochtone qui pourrait vous éclairer vis à vis de la situation  que nous vivons en France:

                   Sous assistance médicalisé, la France se meurt …
Je suis Libanais. Le Liban est un pays communautaire dans lequel vivent Musulmans et Chrétiens en essayant un tant soit peu de garder une cohésion qui dans les faits n’existe pas. On m’a envoyé le lien de Youtube où j’ai pu visionner la chanson « e-slam ».
J’ai eu une certaine satisfaction en visionnant le clip, satisfaction frisant le cynisme.
Explications : en 1982 après les massacres de Sabra et Chatila (camps Palestiniens) imputé aux milices chrétiennes, France 2 (à l’époque Antenne 2) avait dépêché une journaliste sur place pour recueillir les informations et les propos du ministre de l’intérieur. Les questions posées par la journaliste (connue pour être de gauche) ressemblaient plus à un inquisitoire qu’à une entrevue. Le directeur général du ministère de l’intérieur (Farouk Abi Lamaa – Chrétien) lui avait répondu ce qui suit :
« Au Liban, nous sommes trois millions d’habitants. Nous avons accueilli 300.000 Palestiniens soit 10% de la population. Ces Palestiniens sont majoritairement armés. Le jour où, en France, vous aurez l’équivalent de 10% de votre population, étrangère et armée, revenez et posez moi la question de savoir comment les massacres ont eu lieu. »
Trente ans se sont écoulés, et la France aujourd’hui est dans un état bien pire que le Liban en 82 : l’argent a un pouvoir bien plus supérieur que les armes ; il s’insère dans l’économie et dans la vie quotidienne, et lorsque les nouveaux alliés investisseurs de la France décideront qu’il est le temps de lever leur OPA, la guerre économique implosera sur tout le territoire et non dans un quartier ou une ville comme la guerre militarisée.
A noter que (pour votre information) je ne suis pas islamophobe et que le but de ce texte est de vous montrer que ce que les Français  (à l’époque sous Mitterrand) percevaient comme étant une dérive intellectuelle fasciste (vu que les milices chrétiennes étaient les Phalanges et les Forces Libanaises), est en fait une réalité actuelle en France.
vlcsnap-2012-08-25-21h10m30s208
 Je ne cautionne d’aucune manière le massacre de Sabra et Chatila (essentiellement des civils Palestiniens), mais il faut comprendre que ce massacre a été commis en représailles aux massacres de villages chrétiens comme Damour et ses alentours, et comme une réponse directe (le lendemain) à l’assassinat du président nouvellement élu Bachir Gemayel (Chrétien), le tout sous couvert et appui de Tsahal (armée Israélienne) présente au Liban à cette époque.
finuleàchié
 Sous casques bleus, militaires MDI…..comprenne qui pourra!
 Personnellement, je suis pour la politique d’ouverture opérée au Liban pour le mouvement Chiite (musulman). C’est la montée radicale des Sunnites (Frères Musulmans et autres) qui m’effraie; montée qui est favorisée par ce que tout le monde appelle le « printemps arabe » mais qui en fait consiste en un « hiver islamiste ». Preuve en est: La Libye où le premier geste des libérateurs était d’abolir les lois civiles matrimoniales et les remplacer par la Charia ; L’Égypte et sa nouvelle constitution ; La Tunisie et les amendements législatifs. Et pour bientôt la Syrie mais tant que Chine et Russie maintiendront leur opposition au système onusien mondialiste, l’échéance en sera retardée……pour combien de temps, c’est une question de bizzness!
    Pour informations, les Chrétiens de Syrie sont persécutés (http://www.youtube.com/watch?v=x2Pro9Fp_ag) par ceux qui prônent la démocratie au même titre que les Libyens, Égyptiens et Tunisiens. Et que dire des Chrétiens d’Irak qui n’y sont plus…
Je finirai par la maxime d’Einstein que je vous conseille de bien méditer : « le monde est dangereux à vivre non pas tant à cause de ceux qui font du mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. »
_____________________________________________________________________________________________________
 La guerre du Liban par l’image:   
vlcsnap-2013-11-10-14h23m38s2
vlcsnap-2013-11-10-14h24m36s79
vlcsnap-2013-11-10-14h24m16s127
vlcsnap-2013-11-10-14h25m17s231
vlcsnap-2013-11-10-14h27m13s109
vlcsnap-2013-11-10-14h28m00s66
vlcsnap-2013-11-10-14h29m00s149
vlcsnap-2013-11-10-14h29m13s23
vlcsnap-2013-11-10-14h29m42s63
vlcsnap-2013-11-10-14h25m58s129
vlcsnap-2013-11-10-14h30m03s18
vlcsnap-2013-11-10-14h30m33s56
vlcsnap-2013-11-10-14h31m13s199
vlcsnap-2013-11-10-14h29m26s159

ACTU: Anniversaire de l’attentat du Drakkar au Liban , il y a 30 ans le 23/10/1983.

Le 23 octobre 1983, deux attentats suicides frappent les contingents américains et français venus pour le maintien de la paix au Liban. Cinquante-huit parachutistes des 1er et 9e RCP sont tués au poste Drakkar. Aujourd’hui, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian et le ministre délégué aux Anciens combattants Kader Arif sont à Pamiers pour honorer leur mémoire. Drakkar. Deux syllabes qui roulent et se cassent en une explosion. Drakkar. Le surnom d’un immeuble de huit étages, d’un poste français où s’est installée depuis environ un mois la 3e compagnie du 1er Régiment de chasseurs parachutistes, à Beyrouth. Ce qui les a conduits là ? Septembre 1982…

Dans ce Liban multiconfessionnel miné par la lutte armée palestinienne (palos renvoyés de force par Israël depuis 1975) , déchiré par la guerre civile, écartelé par ses encombrants voisins syriens et israéliens, l’ONU se décide à mettre en place une force de maintien de la paix : la Force multinationale de sécurité à Beyrouth (FMSB). La situation est alors inextricable. En juin juillet, les Israéliens ont envahi le pays puis cerné l’ouest de la capitale, prenant au piège Yasser Arafat et ses troupes. En août, à l’appel du gouvernement libanais, Français, Américains et Italiens se sont déployés pour s’interposer et sécuriser le départ des Palestiniens armés. Mais les civils sont restés. Le crime se déroule du 16 au 18 septembre. Durant deux jours, les phalangistes chrétiens (en réalité les israéliens) massacrent les réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila pour venger l’assassinat du président Bachir Gémayel par un membre du parti syrien… C’est le terrible contexte dans lequel prennent place 2 000 soldats français, 1 600 Américains, 1 400 Italiens et une centaine de Britanniques. Pour les Syriens, qui considèrent le Liban comme une chasse gardée, ces soldats de la paix sont des intrus. Des ennemis même pour l’Iran, en guerre contre l’Irak, qui outre son contentieux nucléaire avec la France, reproche à Paris d’armer Saddam Hussein. Syriens alaouites et Iraniens chiites sont traditionnellement alliés contre les pays occidentaux pour défendre leurs intérêts de puissances régionales. Enfin, le Hezbollah est en train de naître. Ce sera leur bras armé à l’intérieur du Liban.

Attentat du Drakkar : 58 paras de Pamiers tués au Liban il y a 30 ans

Huit jours pour retirer les corps

Le 23 octobre 1983, l’attaque est dévastatrice. à 6 h 18, un camion piégé anéantit le QG américain à l’aéroport de Beyrouth et fait 241 morts dont 220 marines. Deux minutes plus tard, alors que les parachutistes français alertés par l’explosion voient s’élever le lourd panache de fumée au sud de la ville, c’est leur poste Drakkar qui est pris pour cible et s’effondre sur ses occupants. Du monstrueux amas de béton, il faudra plusieurs jours aux secouristes pour retirer les corps de 58 militaires, 55 parachutistes du 1er RCP et trois du 9e RCP, bilan auquel s’ajoutent 15 blessés. Seuls 26 soldats s’en sortiront indemnes, mais marqués à vie, dévastés. Ces hommes ? Encadrés par des professionnels, des officiers et sous-officiers aguerris, ce sont pour la plupart des appelés d’une vingtaine d’années qui ont signé pour un service long et se sont portés volontaires pour le Liban. Dès le lendemain, le président français François Mitterrand est sur place pour soutenir le contingent français. Moins d’un mois plus tard, les Super-Etendard du Clemenceau répliqueront contre une caserne de gardiens de la révolution islamique et du Hezbollah, dans la plaine de la Bekaa contrôlée par les Syriens.

Cérémonie d’hommage

Depuis ? Trente années ont passé. Historiquement liée au Liban depuis 1920 et la création du Grand Liban, la France est toujours présente pour la paix, avec un bataillon de 850 hommes au sein de la Finul, la force de casques bleus déployés au sud du pays, secteur où les Tarbais du 1er Régiment de Hussards Parachutistes étaient déployés jusqu’en mars dernier. Trente années ont passé… mais dans le regard des survivants, des familles des victimes, les séquelles de l’effondrement du Drakkar n’ont jamais disparu. Ni les questions. Le Hezbollah a le premier revendiqué l’attentat ainsi que le mouvement de la révolution islamique libre (ce n’est pas 1 question, c’est évident mais y en a encore qui cherche à mettre cette horreur sur le dos des armées chrétiennes) . Mais, chez les survivants, on sait aussi que Drakkar avait été précédemment occupé par les services secrets syriens (alliés du hezbollah) qu’ils soupçonnent de l’avoir piégé. Lundi 14 octobre, à l’invitation du ministre délégué aux Anciens combattants Kader Arif et grâce à leur association, ils sont allés sur le site du Drakkar puis ont assisté dans l’enceinte de la résidence des Pins, résidence de l’ambassadeur de France à Beyrouth, à la cérémonie d’hommages aux victimes de l’attentat. Ayant déposé avec le ministre une gerbe blanche au pied du monument, Crispine Di Masso, dont le fils Thierry avait 19 ans, a pensé «à toutes les autres familles, à ce moment-là, car certaines ont malheureusement disparu». Un moment d’émotion intense, pour elle comme pour toute la délégation. «Mais ça m’a soulagé la reconnaissance de la Nation et l’accueil ici», ajoute-t-elle. Aujourd’hui, trente ans après, jour pour jour, c’est ce matin à Pamiers où en 1999 ont fusionné le «1er Para» et le 9e RCP, que le sinistre FM de la Défense Jean-Yves Le Drian et le ministre délégué aux Anciens combattants Kader Arif réitéreront cet hommage de la France en présence des représentants des familles et des survivants. Cinquante-huit morts… Jamais depuis l’armée française n’a eu à déplorer autant de tués sur une seule attaque. Le traumatisme ne s’est pas effacé qui résonne toujours aujourd’hui, avec l’actualité, dans ce Liban fragilisé par la guerre en Syrie.

DOCUMENT COMPLET SUR L’ATTENTAT ici:

HOMMAGE LIBAN 23 OCTOBRE 1983 MUSIQUE 1

A titre perso je tiens à rendre hommage à un de mes anciens camarades auvergnat et frère d’arme le para de 2e classe  Raoux François, un brave petit gars de St Cernin, village du Cantal mort dans ce lâche attentat terroriste; c’était un simple appelé volontaire service long, un « bouseux » fils de paysan pour qui le service militaire offrait 1 opportunité , une pause avant de se lancer dans la jungle du marché du travail déjà bien appauvri en ces années 80, comme moi. Il faut aussi rétablir la vérité: La faction armée dénommée « les phalangistes chrétiens » n’avait fait que réagir à une invasion programmée de leur pays, ces palestiniens musulmans de+en+nombreux et dépassant le seuil fatidique de 15% de la population ont saccagé un pays à majorité chrétienne en moins d’une dizaine d’années, il s’agissait d’une réaction du peuple légitime libanais et alors qu’ils étaient sur le point d’infliger une défaite à toutes ces factions armées terroristes nous français pourtant liés par le serment de St Louis au Liban (promesse millénaire de civilisation chrétienne) avons été aider ceux qui commettaient une destruction du pays qui les avaient accueillis  en les faisant s’échapper par le port , ce qui leur a permis de revenir par la suite recommencer à « semer le bordel »dans ce pays merveilleux, le pays du cèdre! ……De cet immense foutoir depuis est utilisé à bon escient  le terme libanisation de la France en cours; dépassez les 15% d’islamistes dans un pays à civilisation chrétienne et vous atteindrez le point de non retour, je reviens la dessus de façon+explicite dans mes rubriques réservées à la guerre du Liban et à celles consacrées à ce  qu’on assiste actuellement en France à travers le démantèlement de ses forces armées.

liban

Durant mon 2e séjour ( En tant que civil chrétien français solidaire des phalangistes)  , exultant dans 1 quartier repris par les FL..

___________________________________________________________________________

Souvenons-nous des français qui se sont battus au Liban, aux côtés de nos frères chrétiens!

Îlot chrétien en terre d’Islam, le Liban fut soumis à partir d’avril 1975 à une atroce guerre civile qui fit plus de 20 000 morts. Quelques dizaines de français n’hésitèrent pas à se joindre aux combattants des milices chrétiennes, qui luttaient pour leur survie.

Ils étaient souvent très jeunes, étudiants pour la plupart. A l’exception de quatre d’entre eux, ils n’avaient pas encore fait leur service militaire. Pour eux, recevoir le baptême du feu était autrement plus excitant qu’endosser l’uniforme du « bidasse » dans une armée française qui sortait a peine des « comités de soldats ». Quelques amis se passèrent le mot. Les premiers payèrent eux-mêmes leur billet d’avion, tarif étudiant. Les phalangistes chrétiens leur donnèrent des fusils et les incorporèrent sans autre formalité. Quelques semaines après, ils rentrèrent en France passer leurs examens.

1ere image: 6 volontaires français, sur la 2e un en combat dans Beyrouth.

Trois mois plus tard, ils étaient de retour, avec d’autres camarades. Même accueil chaleureux de la part des phalangistes. Face aux dizaines de milliers de Palestiniens, armés à l’époque par le bloc de l’Est, les chrétiens auraient eu de lourdes pertes. Ce geste de dévouement, plus que l’importance numérique du renfort, leur montraient qu’ils n’étaient pas oublies du reste du monde? Pour tout salaire, une cartouche de cigarette par semaine, le gîte et le couvert. Mais ils n’étaient pas venus faire du tourisme. Le chef des Phalangistes, Béchir Gemayel, les mit aussitôt dans le bain. Ils furent charges d’attaquer la banque du Rif, où les Palestiniens s’étaient retranchés en force. Ce fut un succès. Aussitôt, on leur confia la mission de garder une mosquée, position importante dans la rue de Tripoli. Toute la nuit, ils repoussèrent les assauts palestiniens. L’un d’entre eux sera blessé par une roquette de RPG.

Confrontés aux difficultés de la guérilla urbaine, les Français sauront appliquer aux islamo-progressistes les recettes dont ils assaisonnaient leurs petits frères gauchistes des facultés du quartier latin. Ainsi, gênés par un sniper qui, retranché dans un bâtiment, fait du « résultat », les volontaires nationalistes finissent par l’expédier au paradis d’Allah à coups de cocktails molotov. Et les jours de guerre se succédèrent. Comme entrée en matière, cela valait bien toutes les « classes » du monde. Les gardes, les patrouilles, les embuscades, formaient leur quotidien. En quelques semaines, nos jeunes étudiants étaient devenus de vieux soldats et participaient aux opérations « de pointe ». On leur doit notamment la prise de la capitainerie du port de Beyrouth. Certains durent toutefois rentrer en France, pour y passer de nouveau leurs examens ou pour faire leur service militaire ! Plusieurs tentèrent de se faire reformer pour retourner au plus vite au Liban. Et d’autres volontaires en profitèrent pour se joindre à eux.

Ils voulaient rejoindre les milices de Camille Chamoun, chef du Parti National Libanais, réputé plus dur que celui de Gemayel, mais celui-ci n’étaient pas disposer à laisser partir ses troupes et les récupéra aussitôt. Stéphane Zanettacci étaient de ceux-là, il réussira plus tard en 1976 à rejoindre le PNL, mais en juillet, il fut pris dans une embuscade de nuit, lors  lors du siège de Tall El Zaatar. Explosions de grenades, rafales de PM. Trois hommes furent touchés. Zanettaci, avec de multiples éclats de grenade dans le ventre, parvint à marcher jusqu’à la salle d’opération où il s’y allongea, mort.

Ses camarades décidèrent de faire payer cher aux palestiniens la mort de leur camarade. Plusieurs furent blesses. L’un d’entre eux en civil et sans armes, fut capturé et remis aux syriens. Torturé, il n’avoua jamais qu’il était un « mercenaire » et  las, ses geôliers le libérèrent un mois plus tard. Au total, ce furent une cinquantaine de français qui participèrent à cette guerre. L’écrasante majorité se comporta remarquablement. Dans les années 80, d’autres volontaires emboitèrent le pas de leurs ainés et combattirent avec vigueur et dévouement aux cotes des chrétiens du Liban. Ainsi certains qui avaient servi en tant que casques bleus étaient revenus du Liban avec la nausée pour s’être rendu compte qu’on les avait envoyés la bas pour aider des ennemis de la  chrétienté et tuer nos frères de civilisation. Ne pouvant m’étendre sur un sujet qui m’a valu bien des ennuis avec l’armée française et qui me poursuit encore étant toujours en activité professionnelle , il me reste une cicatrice qui ne se refermera jamais bien qu’étant retourné dans ce qui était un pays prospère avant l’invasion pour y apporter à mon niveau une aide (après avoir servi dans l’armée fr, se retourner contre celle-ci relève de la trahison)  auprès de ces hommes et de ces femmes qui luttent encore de nos jours et dont on ne parle jamais car en haut lieu il a été décidé que la chrétienté doit désormais se soumettre, comment pourrait elle survivre en orient alors qu’elle est en voie de submersion en Europe, terre à partir de laquelle elle a dominé le monde depuis le 5e siècle de l’empereur Constantin jusqu’à la révolution française (Lire Michel Onfray) , moment décisif , satanique  où l’esprit de sacrifice de l’occidental a été détruit au profit des droits de l’homme! Ce sont les civilisations constituées d’hommes prêts à mourir pour elles qui sont appelées à dominer le monde pas celle constituées d’hommes qui daignent se lever de leur canapé devant leur écran plasma pour aller manifester pour les droits des roms ………..

Document sonore assez rare je pense, que mon ami Jean Paul Bourre a ramené de son  séjour au Liban en 89, et qui marque surtout une époque – celle de la résistance du « réduit » chrétien. Une chanson qui circulait sous forme de K.7 à Beyrouth Est, lorsque que le général Aoun était retranché dans Baabda et que les Forces Libanaises de Samir Geagea tenaient la « ligne verte ». Certaines des photos sont des docs perso (dont la photo prise dans la casemate des FL, sur la « ligne verte »)

croix

Bachir le maronite  un fidèle de Samir Geagea, mort au combat en 1988.

Publicités

From → Uncategorized

3 commentaires
  1. BLANDIN permalink

    le Liban connait pas,double fracture tibia péronné à quelque semaine d’y partir,inapte TAP neuf mois,refait tous les tests tap,ressauté,parti en Afrique

  2. thmos permalink

    Passionnant témoignage qui devrait être rappelé aux donneurs de leçons, aux gauchistes embourgeoisés et puissants qui ont depuis abandonné leur « cause palestinienne » tout en continuant à combattre les chrétiens et en asservissant la France aux obsessions d’Israël. La droite la plus bête du monde et la gauche du pognon ont transformé l’armée française en une milice techno au service des ricains qui détruisent les nations au profit d’islamistes ( Liban, Irak, Syrie, Libye, Kosovo etc etc ) Les soldats français ne servent plus la nation mais le chaos. Un officier pilote de Mirage 2000 en poste au Qatar nous a assuré « combattre pour les droits de l’homme » …Lequel ?

commentaires totalement libres , défoulez vous!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :